Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 2 mai 2018

IA et cyber

Cyber et Intelligence artificielle ...

source

Le sujet émerge à peine. Tout juste lit-on partout que l'IA est un enjeu de souveraineté (j'y reviens dans un prochain article dont je vous reparlerai à sa parution) : mais ensuite ?

C'est pourquoi, sous la houlette de mon compère Thierry Berthier (blog cyberland), j'ai participé avec quelques autres à la première réunion du groupe Cybersécurité du hub France IA.

Beaucoup de choses intéressantes pour un beau programme de travail, sur lequel je reviendrai. Mais déjà, notons deux approches : ce que change l'IA à la cybersécurité, mais aussi quelle cybersécurité de l'IA ?

La forme des chiasmes n'est pas qu'une figure de style. Cela permet déjà de poser deux bonnes questions. Et bien formuler les questions, c'est déjà trouver une partie de la réponse.

O. Kempf

jeudi 26 octobre 2017

De l'estafette au digital (Inflexions n° 36)

Article paru dans Inflexions n° 36 (octobre-décembre 2017), (voir ici) dont le thème est le sens de l'action. J'y montre que la question des communications a toujours été centrale dans la conduite de l'action, pour terminer par une distinction que je crois féconde entre les bulles cyber, numérique et digitale. J'y travaille pas mal et suis encore en train de l'affiner, mais c'est une des premières formalisations de distinctions qui sont fort utiles, dans le confusionnisme ambiant, y compris chez des "spécialistes".

Le sens de l’action : quel beau sujet de réflexion ! Il est en effet au cœur des préoccupations de tout chef qui sait qu’il doit à la fois conduire l’action (être un homme d’action) et en même temps réfléchir, tant la guerre mobilise également ses qualités intellectuelles. Toujours, le soldat devra articuler la pratique et la théorie. Il devra penser les événements, penser l’ennemi et l’environnement, calculer la manœuvre de l’autre puis la sienne propre. Sauf dans le corps à corps où seules la force brute, l’adresse, la technique de combat jouent, le reste de la guerre est un duel donc une dialectique.

Le sens de l’action revêt incontestablement des permanences. Pourtant, l’objet de cet article vise surtout à identifier ses évolutions bien plus que les continuités. Car il convient d’abord de constater qu’évolutions il y a, pour des raisons sociales ou techniques. D’ailleurs, une des principales évolutions techniques affecte la fonction des communications militaires qui touche en retour la conduite du combat. Mais cette évolution fait face récemment à de profondes évolutions (cyber, numérique ou digitale) qui accélèrent le processus et défient les permanences.

Lire la suite...