Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Alliance atlantique, OTAN

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 8 juillet 2016

What does France want from NATO ? (Poline Tchoubar)

A l'ouverture du sommet de l'Alliance atlantique à Varsovie, il me semble utile de revenir sur ce qu'est l'OTAN et les relations que la France entretient avec elle. Rien de mieux pour cela que de publer le mémoire d'une étudiante à Science Po, Poline Tchoubar, qui l'a écrit en ce début d'année sous la direction de Benoit Durieux et Philippe Vial ( étudiante en master de Sécurité Internationale à Sciences Po; ce travail a été effectué dans le cadre d'un cours sur les relations entre politique et militaire). Je reviendrais quant à moi sur le sommet, une fois qu'il sera passé et aura accouché de sa declaration... Merci à elle. O. Kempf

Source

Lire la suite...

dimanche 4 août 2013

Les Etats-Unis ont-ils besoin de l'Alliance ?

Voici un article que j'avais publié il y a un an, dans la Nouvelle Revue de Géopolitique. Il me semble opportun de le mettre en ligne car il n'a pas pris trop de rides.

source

Il y a quelques années, à l’heure où l’on s’interrogeait sur l’hyperpuissance, un jeune auteur présentait un livre remarquable d’intelligence, posant la question « Les Etats-Unis ont-ils besoin d’alliés ? ». Alors, on croyait que la puissance militaire et économique suffisait, même si le terrorisme venait d’apparaître, premier défi à l’hégémon. Presque dix ans plus tard, les conditions ont changé : non seulement de nouveaux challengers apparaissent au travers des émergents, la Chine au premier rang, mais les moyens de la puissance américaine semblent remis en cause : épuisement militaire dans des guerres irrégulières en Irak et en Afghanistan, affaiblissement économique consécutif à la crise de 2008, crise politique multiforme.

Logiquement, devant cet affaiblissement, les Etats-Unis devraient avoir, plus qu’avant, besoin d’alliés : et en premier lieu, ils devraient s’appuyer sur leurs alliés traditionnels, ceux qui ne leur ont jamais fait défaut, ceux de l’Alliance atlantique. Or, ce n’est pas le sentiment qui prévaut à la vue de l’éloignement stratégique entre les deux rives de l’Atlantique. Ce paradoxe apparent mérite d’être analysé pour déterminer s’il ne s’agit que d’une illusion d’optique, ou d’un mouvement plus profond.

Lire la suite...

jeudi 15 novembre 2012

Une lecture du rapport Védrine

Hubert Védrine a donc rendu hier son rapport sur "les conséquences du retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan, sur l'avenir de la relation transatlantique et les perspectives de l'Europe de la défense". (téléchargeable ici). Il m'inspire quelques commentaires, vous les attendiez, j'en suis sûr....

Lire la suite...

mercredi 17 octobre 2012

A propos de smart defense

Il y a quelques mois (c'était avant le sommet de Chicago : en février : cela sonne comme une éternité), j’avais évoqué la question de la "smart defense". Cette initiative de partage des capacités (ou plus exactement, soyons exacts, de partage du développement de capacités nouvelles) avait été proposée l'année précédente par le SG de l'Otan, A. Rasmussen, autour de trois principes : priorisation, coopération, spécialisation. Sans surprise, quelques projets avaient été adoptés à Chicago, mais rien de bouleversant. Je n'avais pas caché, à l'époque, mon scepticisme. Ce matin, nous étions quelques uns à discuter du sujet, quelques mois après (merci VP et JS). Et j'ai au moins le droit d'écrire ce que j'ai dit. Na.

source

Lire la suite...

mardi 10 avril 2012

OTAN à la carte

Mes étudiants m'ont encore donné de bonnes idées, aujourd'hui. Il faut dire que j'avais un peu provoqué, en instaurant un débat : "Defense industry steers the Alliance : yes or no ?". Au début, la plupart m'ont regardé comme un martien, du style : "Quelle drôle d'idée ! pourquoi pose-t-il des questions comme ça ?". Une demie-heure plus tard, les avis étaient plus partagées... Et du coup, comme il y a eu des échanges, ça m'a donné des idées. De restaurant.

source

Lire la suite...

lundi 26 décembre 2011

Petits détails amusants sur l'OTAN

En cette période de Noël, un billet un peu léger ne nous fera pas de mal, alors qu'il nous faut encore digérer les excès du réveillon, en vue de préparer le suivant. Il paraît qu'on parle un peu de l'OTAN sur égéa : voici un petit qq chose que vous ne saviez peut-être pas.

source

Lire la suite...

vendredi 9 décembre 2011

L’OTAN toujours fiable ? séminaire de l'IFRI

Voici un petit compte-rendu du séminaire sandwich à l’IFRI, le 8 décembre 2011. Son thème : l'OTAN, toujours fiable ?

  • Intervenants : Ambassadeur Benoît d’Aboville – BDA- (ancien représentant permanent) Diego Ruiz Palmer -DRP- (Secrétariat International de l’Otan),
  • Panelistes : E de Durand –EDD- (IFRI), JD. Merchet –JDM- (Marianne), JF Dazugan –JFD- (Choiseul).

source

Débat assez généraliste, et malgré tous les efforts d'Etienne de Durand, on n'est pas entré dans les questions techniques : juste les bonnes vieilles considérations politiques comme on les adore en France. L'ambassadeur a un peu cabotiné, donné de jolies perspectives, appuyé là où ça fait mal, et s'est montré très français. Diego Ruiz-Palmer s'est réfugié dans les considérations historiques, a donné avec intelligence une position alliée en montrant que l'Alliance était quand même utile puisque les Nations la gardaient, y compris la France. Bref, un débat plaisant et agréable à suivre par le grand public.

Lire la suite...

samedi 3 décembre 2011

Changement de regards sur l'OTAN

En cette fin d'automne, je suis assez frappé de l'évolution des regards sur l'OTAN. De ce côté ci de l'Atlantique, comme de l'autre....

Lire la suite...

mercredi 19 octobre 2011

OTAN et Libye (MAJ)

Un de mes correspondants me demandent de faire le bilan de l'action de l'OTAN en Libye. J'avais déjà écrit une série sur la question avant l'été. Maintenant que la guerre touche à son terme, il n'est pas inutile de revenir sur le sujet.

source

Lire la suite...

mardi 19 avril 2011

OTAN, Libye et déclassement

Dans l'affaire libyenne, l'OTAN n'aura été qu'une organisation par défaut. Pourtant, on avait assisté initialement à une attitude très active du secrétaire général, Anders F. Rasmussen. Toutefois, cette posture s'est avérée dans les faits peu productive.

425e Escadron tactique de chasse source

Lire la suite...

vendredi 8 avril 2011

L'OTAN en PESDition

Décidément, l'Otan n'a pas de chance, ces temps-ci :

20110401_IS2011-6002-108_rdax_600x400.jpgsource

Lire la suite...

mardi 21 décembre 2010

Nouveau siège de l'OTAN

C'est bien sûr anecdotique, mais c'est une nouvelle qui est peut-être passée inaperçue : la première pierre du nouveau siège de l'OTAN a été posée jeudi dernier. Plus de détails ici.

O. Kempf

mercredi 13 octobre 2010

M Rasmussen à l'IFRI

On peut évidemment lire l'article du Monde de ce soir (OTAN : la France et l'Allemagne en désaccord sur le rôle du nucléaire) sur la question nucléaire dans l'Otan, ou l'article du secrétaire général de l'alliance sur la défense anti-missile dans le même quotidien.

On peut également aller vendredi à l'IFRI écouter le même qui prononcera une conférence à 14h00 : pour s'inscrire, cliquez ici.

Accessoirement, toujours dans le même Monde, il y a un article très intéressant sur le Rafale. Non, vraiment, ce soir, ça vaut le coup des 1euro 40....

O. Kempf

vendredi 13 août 2010

Défis de sécurité émergents

Alors que les ministres de la défense alliés en faisaient un plat ce printemps, dans le style " vous allez voir, on va réduire cette structure qui nous coûte les yeux de la tête, une petite RGPP otanienne nom d'un chien", et alors que tout le monde s'attend à ce que ce soit un des grands sujets du sommet de Lisbonne (la structure, les agences, ...) voilà que l'Alliance crée une nouvelle division à son secrétariat international:

Lire la suite...

lundi 19 juillet 2010

Un entretien avec le SGA pour les Opérations de l'Otan

C'est une exclusivité, partagée avec AGS, que je vous propose aujourd'hui : en effet, S.E. l’ambassadeur Lawrence Rossin, secrétaire général adjoint délégué pour les opérations de l'Otan, a bien voulu répondre à nos questions sur les opérations actuellement conduites par l'Otan : Afghanistan, Kossovo, golfe d'Aden et Afrique sont au programme.

Je remercie vivement l'ambassadeur Rossin de bien avoir voulu répondre à nos questions.

O. Kempf

Lire la suite...

lundi 8 mars 2010

L'Otan et les femmes

En ce 8 mars, je n'avais pas prévu de billet spécial sur la journée de la femme. Voilà qu'un correspondant m'adresse ce document et me demande de le publier : après tout, pourquoi pas ?

Bienvenue donc à Mme Stefanie Babst, secrétaire générale adjointe déléguée pour la stratégie de diplomatie publique. Elle est une des femmes les plus haut placées au sein du Secrétariat international. Les opinions exprimées dans cet article reflètent uniquement ses opinions personnelles et ne représentent pas une position officielle de l'OTAN.

O. Kempf

D'ailleurs, j'ai cru comprendre qu'il y a aussi des lectrices d'égéa, même si elles font moins de commentaires : mesdames, vous avez des choses à dire, n'hésitez pas. Nous avons d'ailleurs deux blogueuses dans AGS....

Lire la suite...

dimanche 7 février 2010

Le nord de l'Atlantique nord

L'autre jour, je me trouvais au milieu d'un aréopage : nous parlions de l'Otan, tout ça tout ça. Règles de Chatam House, donc je ne citerai personne.

dyn004_original_557_822_jpeg_2505418_6182ae7963641ce67f5643db2e6681ec.jpg image tirée de ce blog

Lire la suite...

vendredi 18 décembre 2009

Exclusif : entretien avec le Général Abrial, SACT

C'est une exclusivité qu'accorde le général Abrial à EGéA et à Alliance Géostratégique : un long entretien, spécialisé, sur son appréciation de situation après quelques mois à la tête d'ACT. ACT, rappelons-le, est l' Allied Command for Transformation (commandement allié pour la Transformation), le deuxième commandement stratégique de l'Otan avec le SHAPE à Mons. Qu'un Français soit à sa tête est exceptionnel (il a été jusqu'à cet été commandé par un Américain), mais aussi la manifestation du retour de la France dans l'Otan.

gal_Abrial.jpg Le général Abrial avec M. Rasmussen, SG de l'Otan, à la réunion de Bratislava.

Dans ce long entretien, le général Abrial nous parle non seulement d'ACT, mais aussi des relations avec le JFCOM américain, avec les industriels, ou les réflexions en cours (Futurs multiples ou concept stratégique). C'est passionnant de bout en bout.

Mon général, merci de nous avoir fait confiance et d'avoir répondu à nos questions. Il va de soi que les internautes sont invités à commenter : je transmettrai les questions à Norfolk, en espérant des réponses : c'est l'avantage des blogs, ils permettent une certaine interactivité.

O. Kempf

Lire la suite...

dimanche 15 novembre 2009

Finances de l'Otan

On croyait que l'alliance atlantique avait deux préoccupations principales : une, qui s'appelle l'Afghanistan ; l'autre, qui s'appelle le concept (dont un deuxième séminaire vient de se tenir ce week-end). Or, une préoccupation financière est en train de prendre le pas sur les deux autres, et risque de pousser à prendre des décisions lourdes de conséquences, notamment sur le deux premières.

La presse en a parlé, et comme à l'habitude dès qu'il s'agit d'Otan, uniquement sous l'angle français. Ainsi, le "mamouth" (je n'y peux rien : il a intitulé son blog avec un seul "m" à mammouth !) explique que ça coûtera 650 M Euros, ce que relaye Nathalie Guibert dans le Monde, qui élargit heureusement le débat.

Toutefois, un article dans Jane's defense weekly, du début du mois, avait été plus précis. Je ne peux le reproduire ici.

Qu'en retenir ?

Que l'alliance fonctionne encore sur un système budgétaro-financier d'un autre âge :

  • parce qu'elle obéit encore à un système de besoins (la fin justifie les moyens) et non une logique de ressources (les moyens sont comptés et nécessitent un emploi mesuré et une priorisation des besoins)
  • parce qu'il s'agit d'un système classique d'autorisation budgétaire et de contrôle de régularité, très adapté à des situations à peu près statiques mais pas au dynamisme du monde contemporain ;
  • parce que l'alliance a du mal à séparer ses dépenses "corporate" (pour faire simple, de structure) des dépenses contingentes (pour faire simple, des opérations). Les vieux principes du "cost lie where they fall" ne sont pas adaptés au financement commun des besoins actuels (infrastructures, matériels ou opérations)
  • parce que l'alliance ne sait pas prévoir les conséquences des mesures adoptées. A titre d'exemple, personne n'a évalué combien coûteraient à l'alliance les conséquences des directives Mc Chrystal.... D'une façon plus générale il n'y a aucune évaluation financière des décisions, sans même parler de recherche de performance, comme on peut la connaître en France.

Or, la pression budgétaire actuelle risque de pousser à prendre des décisions radicales, alors même que les travaux préparatoires du concept ont à peine débuté : en clair, passer auxconclusions sans élaborer les raisonnements qui amènent telle ou telle décision.

Il y a donc un grand besoin de modernisation financière. Cela passe par des principes de gouvernance et de pilotage. Et curieusement, la France a beaucoup à apporter à l'alliance, puisqu'elle dispose de beaucoup d'expérience :

  • en matière de programmation pluriannuelle et de priorisation des besoins capacitaires, grâce aux LPM
  • en matière de gestion annuelle, grâce au système de la LOLF

Souhaitons seulement que le futur concept n'amène pas seulement à broder des perles sur un beau collier de vagues principes, mais suscitent une réflexion réformiste qui s'intéresse, aussi, à ces questions financières.

O. Kempf

samedi 8 août 2009

Nouveau concept statégique de l'Otan

Certains s'interrogent à longueur de colonne sur l'utilité de l'Otan. Bien peu s'interrogent sur l'utilité de l'Union Européenne. Or, l'alliance a une démarche (peut-être de la dernière chance....) constructive et, pour une fois, assez ouverte, de remise en cause de ses fondations : ainsi, on sait que le prochain sommet de Lisbonne adoptera un nouveau "concept stratégique", après ceux de 1991 et 1999.

La méthode employée n'est pas sans rappeler celle du Livre Blanc : un comité d'expert, plutôt qu'un document venant des seuls organes alliés ou de chancelleries. Il est placé sous la houlette du nouveau Secrétaire Général, qui dispose ainsi, d'entrée de jeu, d'une capacité d'influence plus importante que ses prédécesseurs.

Autre nouveauté, le caractère semi public de la démarche : une page est ainsi ouverte ici pour suivre les travaux. Un séminaire a été lancé au début de l'été.

La chose mérite notre intérêt (j'attends d'ailleurs un travail similaire de la part de l'UE et d'une prochaine stratégie de sécurité....). Opérations, cyberguerre, guerre irrégulière, nucléaire, pôle Nord, Afrique, action maritime, partenariats, ... il y a beaucoup de choses à dire.

A suivre, donc

O. Kempf

Réf : on lira un billet de mars dernier qui donne d'utiles précisions.

- page 1 de 2