Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 29 mars 2011

France et indépendance nationale (3/3)

Suite et fin de ma série sur l'indépendance.

source

Précédents billets ici (1) et ici (2).

Lire la suite...

vendredi 25 mars 2011

France et indépendance nationale (2/3)

Suite de mon billet sur l'indépendance nationale.

Lire la suite...

mardi 22 mars 2011

France et indépendance nationale (1/3)

A l’occasion du thème du mois, il est opportun d’évoquer l’indépendance de la France.

Ceci est le premier d'une série de trois billets.

Lire la suite...

dimanche 20 février 2011

Exception française

L'autre jour, lors d'un de mes cours à Sciences Po, j'emploie l'expression "exception française" : c'est bien le moins, lorsqu'on discourt sur la géopolitique de la France. Mais comme j'ai un tiers d'Américains, un quart de Canadiens et un quart d'autres étrangers, je m'aperçois soudainement qu'ils n'ont jamais entendu parler de cette exception française.

asterix.jpg

Lire la suite...

samedi 29 janvier 2011

Marianne

L'hexagone (la carte) a remplacé Marianne dans nos représentations de la France : symboliquement, la géographie a remplacé l'histoire....

marianne, sénat, sculptée par M Leduc, en représentation de la IVème république

O. Kempf

mardi 18 janvier 2011

L'invention de la France

Je suis en train de parcourir "l'invention de la France", de Hervé Le Bras et Emmanuel Todd : l'analyse anthropologique appliquée au cas français, dans un essai novateur de 1981, qui a suscité la curiosité mais, finalement, n'a pas eu trop de suites. Et pourtant !

invasions.jpg

Je n'en ferai pas une fiche de lecture complète, mais veux juste vous donner quelques extraits particulièrement significatifs.

Lire la suite...

vendredi 31 décembre 2010

Unification française

L'autre jour, après avoir été visité l'exposition "trésors des Médicis" (prolongée jusqu'au 13 février, c'est rue de Grenelle, si vous traînez dans le coin, c'est indispensable), j'ai acquis "sur Catherine de Médicis", de Balzac.

Voyez-vous, je suis une sorte de vieux balzacien : la race s'en perd, mais ce ne serait pas la première fois que je serais un vieux schnock. Or donc, ce n'est pas pour vous compter ces fadaises que j'écris ce billet.

Lire la suite...

lundi 6 décembre 2010

Hérodote et la géopolitique de la France

Je viens de terminer le n° 135 d'Hérodote, la revue de géopolitique d'Yves Lacoste, consacré à "France, enjeux territoriaux" (4ème trimestre 2009).

Et je me faisais quelques remarques.

Lire la suite...

mardi 16 novembre 2010

La France compte-t-elle encore sur la scène internationale ? (par H. Védrine)

A cette question simple, voici la réponse d'Hubert Védrine dans "the paris globalist", la revue des étudiants de sciences Po en affaires internationales (voir ici), vol IV n° 2, octobre 2010 (téléchargeable ici):

Lire la suite...

samedi 30 octobre 2010

Alsace-Lorraine

"Ils n'auront pas l'Alsace et la Lorraine".

Oui, bien sûr, ils l'avaient déjà !

Lire la suite...

jeudi 21 octobre 2010

France, acteur central en Europe

Le seul partenaire stratégique des Etats-Unis en Europe demeure donc la France.......

Faut-il redire "madame la France" ?

C'est un moment unique qui mérite qu'on s'y attarde. En effet, il y avait toujours jusqu'à présent un "meilleur élève de la classe" qui se mettait devant. Il y avait également la concurrence traditionnelle des deux universalismes (le français et l'américain), qui a été suffisamment décrite pour qu'il ne soit pas besoin d'y revenir.

Or, ces deux facteurs se sont affaiblis pour arriver au résultat actuel.

Lire la suite...

mardi 28 septembre 2010

Paris inhabité

Peu importe que vous lisiez le Monde ou Mieux vivre votre argent : vous n'avez pas échappé aux manchettes évoquant la reprise de l'immobilier notamment à Paris.

La hausse est telle que même les milieux aisés ne parviennent plus à se loger à Paris intra muros (voir ici). La faute à la crise : les gens, se détournant de la bourse qui fait peur, se rabattent sur l'immobilier dont la "valeur" traversera n'importe quelle crise.

Lire la suite...

mercredi 14 juillet 2010

Schéma national des transports

Le ministère de l'écologie vient de rendre public l'avant-projet du Schéma national des infrastructures de transport (SNIT) (à télécharger ici, 6,8 Mo). Cela peut vois sembler anecdotique ou technocratique, je crois au contraire qu'il s'agit d'une vraie géopolitique et qu'il convient d'y porter un œil plus attentif.

snit_couv.jpg

Explications.

Lire la suite...

mardi 13 juillet 2010

Entonnoir

Vous l'ai-je dit? je relis en ce moment "l'identité de la France" de Braudel. Dans le premier volume du tome 2, sur les hommes et les choses, là où il s'attache à écrire une histoire démographique de la France, ce passage :

image tirée d'ici.

"Avant tout, sans doute, le fait que très tôt, l'espace français ait été anormalement peuplé. Cette profusion d'hommes s'explique en partie par la situation géographique de notre pays : elle signifie confluence, rendez-vous, carrefour. Emmanuel de Martone prétendait que l'Europe, d'Est en Ouest, se présente comme un entonnoir : l'espace ne cesse de se rétrécir à mesure que l'on se rapproche de l'Atlantique. La France est ce goulot étroit où tout se déverse et, par surcroît, se trouve arrêté dans son mouvement par la limite de l'océan. Elle est ainsi une nasse, un piège où les populations sont obligées de se mélanger".

O. Kempf

La France et l'empire

Poursuivant ma lecture de Braudel, je me fais la réflexion suivante :

  • en 962, Othon crée le Saint Empire Romain Germanique, héritier de l'empire romain.
  • en 987, Hugues Capet est élu roi : la monarchie française existe en marge de ce fil impérial (reproduisant, d'ailleurs, le choix de Clovis en 496).
  • en 1793, fin de la monarchie.
  • en 1805, fin du SERG et création de l'empire français : puisque le modèle monarchique ne s'applique plus, la France essaye (sans succès) de trouver des racines impériales. Mais ce modèle impérial n'a pas convenu à la France depuis mille ans.... La forme impériale était vouée à l'échec.

O. Kempf

mercredi 7 juillet 2010

DG et l'Europe

Très tôt, le général De Gaulle a chois l'Europe, dans le cadre d'une ambition politique continentale.

Une fois encore, le choix du continent se fait contre les îles et les océans, qu'ils se nomment ici Grande-Bretagne ou États-Unis

L'Europe, chez les Français, a toujours des allures terrestres.

O. Kempf

vendredi 2 juillet 2010

Terre, mort et crémation

Vous connaissez comme moi l'œuvre éponyme de Barrès, "la terre et les morts". Il identifiait le "moi national" à l'héritage des anciens, symbolisés par les cimetières qui assemblaient à la fois la terre et les morts, dans ce double enracinement à la fois géographique et historique et toujours très proche et intime.

N'y a-t-il pas, dans la vogue contemporaine de la crémation qui remplace en partie l'enterrement d'autrefois, une sorte de "déracinement" fort symbolique exprimant un malaise plus général ?

Et cette évolution est-elle européenne ou particulièrement française ?

O. Kempf

dimanche 27 juin 2010

La France et Braudel

Je continue à préparer mon prochain opus et pour cela relis "L'identité de la France" de Braudel (tome 1 : espace et histoire". J'en tire quelques jolies pépites.

Lire la suite...

jeudi 17 juin 2010

De Gaulle en 1940

Devant le déluge commémoratif de l’appel du 18 juin, on reste forcément un peu interdit. Que faire : participer ? ou se taire ?

Il semble pourtant que la question de 1940 vous intéresse, ainsi que le volume de vos commentaires des quelques billets consacrés à la question le prouve. D'où ces quelques petites rmearques.

Lire la suite...

mardi 8 juin 2010

Nostalgie impériale

Curieusement, je me rends compte, à travers ce blog, de l'importance que revêt la défaite de 1940.

Cela me fait penser à la nostalgie du troisième empire colonial, si bien décrite par Zemmour : non pas le premier de Louis XIV ou Louis XV, non pas le deuxième de Napoléon en Europe, mais le troisième construit au XIX° siècle, et dont la perte laisse plus de traces que l'abandon des deux précédents....

On trouve des échos de cette affect appuyé donné à "l'Empire" dans le discours de De Gaulle, à partir de juin 1940, expliquant que la lutte peut être continuée outre-mer. Alors, l'Empire est le lieu de la liberté , de la lutte, de la résistance, de la survivance...

Et dans la nostalgie actuelle il y a, inconsciemment, la volonté de retrouver cet esprit de lutte et de domination d'un environnement ressenti comme défaitiste.

O. Kempf

- page 2 de 3 -