Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 25 avril 2012

Stratégie(s) au pluriel

Peut-on mettre un "s" au mot 'stratégie' ? Ou plus exactement : La stratégie peut-elle être plurielle ? C'est en évoquant les différents objectifs de la stratégie de défensen antimissile que je suis arrivé à ces interrogations.

source

Lire la suite...

jeudi 15 mars 2012

Hervé Coutau-Bégarie : un testament d’avenir

égéa publie le manifeste signé par l'équipe de l'ISC et de Stratégiques, deux "institutions" qu'anima Hervé Coutau-Bégarie avec le talent qu'on lui connaît. Je m'associe à titre personnel à ce manifeste. Je demande à tous les lecteurs et amis d'HCB de retransmettre ce manifeste (twitter, FB, blogs, mail) afin de soutenir une école stratégique française indépendante. O. Kempf

Résumé : l’œuvre du professeur Coutau-Begarie est immense et ses disciples sont nombreux. Ils s’attacheront à préserver l’indépendance des deux vecteurs par lesquels il prenait sa part, éminente, du débat stratégique, l’institut de stratégie comparée et la revue Stratégique.

Lire la suite...

mardi 21 février 2012

Stratégie : qui pour quoi ?

Je poursuis un petit travail questionnant la stratégie française, et commencé ici.

source

Lire la suite...

mardi 7 février 2012

Pensée stratégique française

Je m'interrogeais l'autre jour : existe-t-il une "pensée stratégique française" ? Derrière cette simple question, beaucoup de questions sous-jacentes, et des réponses encore plus nombreuses.

source

Lire la suite...

jeudi 5 janvier 2012

Notation, nucléaire et incertitude

Le rapport de l'autorité de sûreté nucléaire vient d'être rendu. Il en ressort qu'il faut penser l’impensable, et qu'il y a eu un effet "Fukushima". Cela nous amène à reposer la question de cet "impensable", et donc de la prise de décision. Donc de la stratégie de l'incertitude.

source

Le lecteur scientifique pardonnera les nombreuses imprécisions d'un vague littéraire qui s'aventure en ces matières, mélange de stratégie mais aussi d'épistémologie... Il voudra bien corriger les nombreuses erreurs qui doivent persister....

Lire la suite...

dimanche 11 décembre 2011

Stratégie indirecte

La dissuasion a gelé la guerre classique et industrielle : les intérêts ne sont jamais assez vitaux pour qu'on prenne le risque de déclencher un conflit, qui risquerait de monter aux extrêmes, même si on base tous les calculs sur cette montée aux extrêmes.

source

Mais la stratégie totale, au sens de BEAUFRE, nécessite d'aller chercher d'autres voies pour faire valoir ses avantages.

Lire la suite...

mercredi 30 novembre 2011

Espace lacunaire et global commons

Hier, au colloque, il y a eu pas mal de débat autour de la notion de milieu : quelle était la référence adéquate pour permettre de penser le milieu cyber ? Et inévitablement, un intervenant a évoqué les "global commons", ces "espaces communs" (mer, air, aérospatial, cyberespace) selon la catégorisation venant des États-Unis et, tout particulièrement, d'ACT.

source

Joseph Henrotin a de même évoqué la notion d'espace lisse : celui-ci est issu d'une catégorisation proposée, en son temps, par le philosophe français Deleuze (voir éléments de définition ici), qui opposait des espaces lisses aux espaces striés. Et par esprit d'escalier, je me suis interrogé sur ces notions et leur application à la stratégie.

Lire la suite...

samedi 12 novembre 2011

Interrogations sur la guerre

Le débat stratégique est décidément fructueux. Ces temps-ci, on s'interroge sur la guerre, tout simplement : ce que c'est, à quoi ça sert, comment on la fait.... Oh ! bien loin des angélismes habituels que vous trouverez dans le grand public, du style "la guerre, c'est mal".

source

Lire la suite...

vendredi 4 novembre 2011

Centre de gravité et analyse systémique

Voici un texte que MB (merci à lui) m'a envoyé. Il évoque la question de la méthode de planification stratégique : celle qui sert à planifier, dans le réel, des opérations. Depuis maintenant quelques années (ça date du XX° siècle, c'est vous dire), les Français utilisent la MPO (méthode de planification opérationnelle) qui dérive de la GOP (Guidelines for Operational Planing), otanienne. Celle-ci est fondée sur la notion de centre de gravité (COG), très clausewitziene. La détermination du COG ennemi, puis des différents points décisifs permet de construire des lignes d'opération qui convergent vers le COG. Atteindre celui-ci, c'est être victorieux.

source

Simple. Sauf que... C'est bien pour la guerre symétrique, pas évident pour la nouvelle. Dès lors, il se pose une question de méthode. Ce billet propose un détour par l'analyse systémique pour contourner les limites dela MPO, et donc du COG. Bref, vous qui adorez débattre de la COIN vue par les livres, vous allez enfin vous poser des vraies questions spéculatives.... Commentaires critiques espérés.

O. Kempf

Lire la suite...

vendredi 7 octobre 2011

Opératif

Pas mal de discussions ces temps-ci autour de la notion d'opératif. Et je dois admettre que ma position évolue. Un billet pour coucher quelques réflexions, non définitives cela va de soi. Vous devez donc critiquer et charogner.

source

Lire la suite...

mardi 20 septembre 2011

Sphères stratégiques

Je reviens sur l'idée de sphères stratégiques, que j'ai évoquée (l'idée) l'autre jour.

SPheres_strategiques.jpg

Lire la suite...

mardi 6 septembre 2011

Binaire et ternaire stratégique

Je viens d’acquérir deux petits bouquins indispensables :

. et . (réf ci-dessous)

J'ai le sentiment qu'on peut raisonner la stratégie à partir d'un certain nombre de dyades (réunion de deux principes opposés et complémentaires.) et triades, qui constituent les éléments fondamentaux d'une "grammaire stratégique".

Lire la suite...

vendredi 2 septembre 2011

De quoi s'agit-il ?

C'est la réponse à la fameuse question que Verdy du Vernois se pose en arrivant sur le champ de bataille de Gitschin :

devant les difficultés qui se présentent à lui, il se frappe la tête, cherche dans sa mémoire un exemple ou un enseignement. Rien ne l'inspire. "au diable, dit-il, l'histoire et ses principes. Après tout, de quoi s'agit-il ?"

maréchal Foch

source

Intéressant d'avoir la citation complète, non ? Le "de quoi s'agit-il" n'est pas de Foch (on le savait) et surtout, il vient en complément des enseignements de l'histoire militaire et du terrain : ce qui ne veut pas dire qu'ils soient inutiles.

Le même Foch disait : "A la guerre, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on sait; pour pouvoir peu, il faut savoir beaucoup".

NB : "Le général Verdy du Vernois, comme son nom l'indique, était allemand. C'est le Grand Etat-major prussien qui, au XIXeme siècle, fixa les règles du jeu de guerre moderne, inventé vers 1826 par un Prussien nommé Reisswitz. Verdy du Vernois (1832-1910) fit les campagnes de 1866 et 1870, publia de nombreux travaux et devint Ministre de la Guerre en Allemagne." (voir ici). Voir aussi cette biographie,(mauvaise traduction automatique de la fiche wikipedia en anglais, malheureusement) où l'on apprend qu'il était gouverneur de Strasbourg..... Marrant d'ailleurs qu'on ne trouve pas une bio convenable sur Internet : il n'est pas étudié en France ?

O. Kempf

mardi 23 août 2011

Surprise dans le champ stratégique (suite et fin : 5/5)

Voici donc la fin de cet article qui paraîtra à la rentrée..... Peut-être la partie la plus innovante... (précédent ici)

Lire la suite...

vendredi 19 août 2011

Maîtriser la manœuvre globale, la pensée métisse. Par JP Gambotti

Le général JP Gambotti nous envoie ce texte, en réaction au dernier numéro de Doctrine (la revue du CDEF / Centre de Doctrine et Expérimentation des Forces, de l'armée de terre). Cela parle de manœuvre globale. Et il s'agit de mettre en question une sorte de "pensée commune", pour ne pas dire convenue. Et réfléchir tout d'abord autour de la notion de "lignes d'opération", mal utilisée selon le général : surtout, elles sont définies avant la détermination des points décisifs, ce qui est contraire à la méthode normale de planification. Car au fond, "même les centres de gravité sont métissés" !

source

Je suis fort heureux qu'égéa contribue au débat doctrinal, en accueillant de tels textes. Merci au G(2S) Gambotti pour ses propos; en espérant que l'un ou l'autre vienne lui répondre. O. Kempf

Lire la suite...

mercredi 17 août 2011

Surprise dans le champ stratégique (suite : 4/5))

Voici l'avant-dernier billet sur la surprise stratégique (précédent ici).... Où l'on parle de surprise et renseignement, et de surprise et inconnu.

Lire la suite...

mardi 9 août 2011

Surprise dans le champ stratégique (suite)

Poursuite de mes développements sur la surprise, après un deuxième billet.

Où nous verrons qu'autant on considérait la surprise dans le champ stratégique pré existant, autant il faut examiner la surprise qui modifie le champ stratégique, et qui est rarement évoquée.

Lire la suite...

mardi 2 août 2011

Surprise dans le champ stratégique

Je poursuis mon développement sur la notion de surprise stratégique, commencé il y a quinze jours.

Lire la suite...

lundi 1 août 2011

Histoire de la MRT

L'autre jour, m'interrogeant sur la "méthode militaire", j'ai naturellement pensé à la méthode de raisonnement tactique (MRT). Et je me suis interrogé sur son origine : de quand date-t-elle ? Intuitivement, je la datais de l'époque de la création de l'école de guerre, aux lendemains de 1870. Mais précéda-t-elle l'enseignement de Foch ? la méthode doit-elle aller avec les principes dela guerre ? et quelle a été son évolution au gré du premier conflit mondial (la coalition) puis du deuxième (le couple char aviation) puis de l'après-guerre (décolonisation) puis de l'irruption du nucléaire ? Vaguez sur le net, vous ne trouverez pas grand chose.

source : un article de l'ISC sur une MRT à l'aube du XVIIème siècle

C'est pourquoi je mets en ligne la réponse qu'un de mes correspondants m'a faite (mille mercis à lui, il se reconnaitra mais je sais qu'il aime rester en retrait) : il me propose de faire appel à la culture des internautes (donc de vous, lecteurs d'égéa, pas assoupis au coeur de l'été) pour regrouper le maximum de connaissances sur la "MRT", dans une sorte de wiki-étude. Très chers, le défi vous est lancé, sachant que depuis, j'ai appris qu'un chercheur se posait des questions similaires. Pouvez-vous nous aider, vous les historiens, vous les stratégistes, vous les penseurs, vous les égéistes ?

O. Kempf

Lire la suite...

dimanche 17 juillet 2011

Origines des surprises stratégiques

L'habtiué d'égéa aura remarqué que je discute pas mal, ces derniers temps, de "surprises stratégiques" : soit pour les constater, soit pour en imaginer de possibles. Mais il me semble temps de revenir sur la notion, finalement peu explicite. Je sais que Corentin Brustlein en a déjà parlé, et il est même venu sur égéa en débattre. Il me semble nécessaire d'y revenir.

source

La notion de « surprise stratégique » apparaît de façon récurrente dans le débat français : elle vient du Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale. Son succès prouve qu’elle exprime une intuition partagée par beaucoup, même si elle souffre d’un manque de solidité conceptuelle.

Lire la suite...

- page 2 de 4 -