Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 janvier 2016

Géopolitique du Vatican (JB Noé)

Voici un bel ouvrage de la nouvelle collection de géopolitique lancée par les PUF. L'auteur, historien et géopolitologue, ouvre un beau sujet, rarement traité. Car si on a souvent évoqué la géopolitique des religions ou du christianisme, le Vatican en tant que tel est un impensé de la discipline. Il faut dire que l’Église est tellement frappée de représentations diverses qu'il est difficile de s'éloigner des poncifs et d'éviter un portrait à charge, ou à décharge. Le pari est bien tenu par l'auteur qui montre une érudition vaste et convaincante et pointe des caractéristiques rarement mentionnées. En cela, il s'agit de vraie géopolitique puisqu'il s'attache à un sujet, de façon dépassionnée, en abordant les divers points de vue. La confrontation des angles me paraît en effet un des critères de la discipline.

Lire la suite...

samedi 16 janvier 2016

L'affaire Volkswagen (cyber)

Cette chronique est parue dans le dernier numéro de Conflits, où je tiens une rubrique cyber.

Mi-septembre 2015 éclatait l’affaire Volkswagen. Les autorités de régulation américaines dénonçaient le groupe pour avoir mis en place un logiciel dans les moteurs diesel afin de truquer les résultats des normes anti-pollution, permettant ainsi de passer sous le seuil de tolérance. Le scandale était énorme, portant le discrédit tant sur la technologie diesel (marginale aux États-Unis) que sur le secteur automobile dans son ensemble. Le PDG démissionnait, le cours de bourse chutait vertigineusement, le groupe était durablement fragilisé. Chacun se concentrait sur l’aspect politico-économique des choses (après les affaires UBS, Paribas, Alsthom, Peugeot, il y a incontestablement une part de guerre économique menée par les Américains, sous prétexte de « régulation »).

Lire la suite...

dimanche 10 janvier 2016

Qui est Daech ? (dir. E. Fottorino)

Voici un petit livre pluriel qui mérite le détour. Dirigé par Eric Fottorino, il réunit un certain nombre d'articles publiés en 2014 et 2015 dans l’hebdomadaire "Le 1", avec la plume de tout un tas de spécialistes, auteurs de chroniques assez courtes mais percutantes.

Lire la suite...

samedi 9 janvier 2016

La Vigie n° 33 : 2016, année du grand tournant ? | L’Amérique et le monde en 2016

La Vigie n° 33 est parue. Outre les deux billets habituels, une nouvelle série "Stratégie 2017 vue d'ailleurs" dans laquelle nous donnerons, tous les quinze jours, la parole à des stratégistes étrangers qui nous dirons ce qu'ils pensent de la France.

logo_la_vigie.png

2016, amorce du grand tournant ?

Pour commencer cette nouvelle année 2016, explorons les perspectives de sécurité de la France. La pression sécuritaire devrait se maintenir dans le cadre d’un état d’urgence intégré pas à pas dans la dynamique sociétale du pays. Les grandes échéances de ses partenaires pourraient transformer en profondeur l’environnement de sécurité de la France. Nous vivons sans doute le début d’un grand tournant géostratégique avec le risque d’un dérapage politique.

L’Amérique et le monde en 2016

Si 2015 fut une année stratégiquement intense, il est fort probable que 2016 le sera également. L’évolution du monde dépendra également des développements de la puissance américaine qui demeure la première, qu’on le veuille ou non. Or, les États-Unis seront en campagne électorale pour la présidentielle, l’actuel occupant de la Maison-Blanche ne pouvant se représenter. Il est donc pertinent d’ouvrir cette année en traversant l’Atlantique. Stratégie 2017 : vu d’ailleurs

Stratégie 2017

Avec ce numéro 33, commence une nouvelle rubrique de La Vigie. Elle occupera la page 7 de notre lettre bimensuelle jusqu’à l’été 2016. Un certain nombre de chercheurs de pays voisins de la France y donneront leur avis sur le rôle stratégique de la France vu de leur capitale et la place qu’elle tient dans la stratégie de sécurité de leur pays. Ces contributions seront rassemblées et transmises aux candidats à l’élection présidentielle de 2017. Pour ce numéro 33, Cette Stratégie 2017 est vue de Tunis.

O. Kempf

samedi 2 janvier 2016

L'indirection de la guerre

J'ai eu l'honneur d'être publié dans le dernier numéro de Politique étrangère, celui d'hiver 2015 (voir ici)

J'y signe un article sur "l'indirection de la guerre". (voir accès direct ici). Il s'agit pour moi de décrire les points communs entre les stratégies américaines et russes actuelles, qui passent par des moyens détournés pour revenir à des formes de guerre limitée.

"Tant les États-Unis que la Russie ont semblé ces dernières années modifier leur conception de l'emploi de la force. Recours au privé, actions d'alliés au sol, leadership from behind pour les Américains. Valorisation des actions spéciales, du renseignement, de la guerre de l'information, et même de la gesticulation nucléaire, pour les Russes. Ces choix stratégiques témoignent sans doute, après l'ascension vers la guerre totale qu'a connu le XXe siècle, d'un retour à l'idée de guerre limitée."

PLAN DE L'ARTICLE

- L'indirection stratégique américaine

  • Les moyens souverains
  • Les relais extérieurs
  • Retenue stratégique et leadership from behind

- L'indirection stratégique russe

  • Une prise de conscience née des opérations en Ukraine
  • Guerre hybride ou doctrine Gerasimov ?
  • Éléments de surprise et indirection

- Indirection et guerres limitées

  • Le refus des guerres limitées
  • Le retour des guerres limitées ?

- Les principes d'indirection : jusqu'où ne pas aller trop loin ?

Politique étrangère, vol. 80, n° 4, hiver 2015, 236 pages, 23 € ISBN : 978-2-36567-453-9

O. Kempf

samedi 26 décembre 2015

Cyberespace et intelligence économique

Avec l'ami Nicolas Mazzucchi, nous avons publié dans le dernier Géoéconomie (n° 77) un article intitulé "Cyberespace et intelligence économique".

Le concept d’intelligence économique à la française, né il y a plus de vingt ans, se trouve bouleversé par l’irruption de plus en plus importante du cyberespace dans les organisations et la vie quotidienne de tout-un-chacun. Il serait possible de croire que cette rupture technologique pourrait rendre obsolète des méthodologies fondées sur l’appréhension de l’information à l’ère pré-numérique. Or il n’en est rien. Bien au contraire, l’intelligence économique se révèle, par ses méthodologies et son approche particulière de l’information, un parfait cadre d’adaptation à un environnement économique où la donnée devient la nouvelle richesse.

Pour accompagner les mutations de business model de certaines entreprises, leur permettre de se projeter à l’international ou d’optimiser leur développement, l’intelligence économique s’allie aujourd’hui au Big Data afin de valoriser l’information

O. Kempf

mercredi 23 décembre 2015

James Bond, un fantasme

Les héros populaires sont populaires. Pas forcément véridiques. Ce n'est pas parce que des institutions qui définissent le « convenable » comme le New-York Times ou Le Monde publient des pleines pages sur Gérard de Villiers que SAS est vraiment un manuel de géopolitique, malgré la formule. Au moins n'est-il pas faux, ce qui n'est déjà pas mal. Disons pourtant qu'il y a mieux pour découvrir la situation géopolitique d'un pays, même si les ouvrages conseillés seront plus austères et moins affriolants, n'en déplaise à Chris Jones et Milton Brabeck, armés comme chacun sait de la puissance d'un porte-avions avec le cerveau d'une mouche. Au moins SAS tient-il le rôle d'un agent de terrain, faisant du ROHUM, quelque rocambolesques et peu crédibles que soient ses aventures.

source Ce n'est pas le cas de James Bond qui est tout sauf un espion. Ou alors, qu'est-ce qu'un espion ?

Lire la suite...

lundi 14 décembre 2015

Aspects géopolitiques des élections régionales

Quand on est géopolitologue, on est forcément un peu politologue. D'où ce billet qui veut repérer quelques éléments épars mais qui prennent une grande signification, surtout en variant la focale, et permettent de comprendre en partie les résultats des élections de ces deux derniers dimanches.

source

Lire la suite...

vendredi 11 décembre 2015

La Vigie 31 : Contre l'EI, buts de guere, buts dans la guerre | Algérie, noyau dur du Maghreb

Le numéro 31 de La Vigie est sorti. Vous trouverez dans ce numéro daté du 9 décembre 2015 un texte intitulé Contre l'EI, buts de guerre, buts dans la guerre, un autre sur l'Algérie, noyau dur du Maghreb, une Lorgnette sur la Communication de crise.

logo_la_vigie.png

Vous pouvez également lire les billets publiés en livre accès sur le site, www.lettrevigie.com. Notamment Quand l’Allemagne montre les crocs (par T. Wattelle).

Dans ce numéro :

Contre l'EI, buts de guerre, buts dans la guerre

Le mot guerre a été massivement employé ces trois dernières semaines. Si la France est en guerre (quelle que soit l’approximation juridique et même stratégique de cet « état de guerre »), le stratégiste doit poser la question des buts de guerre et des buts dans la guerre. Cette précision n’est pas anodine car elle renvoie à Clausewitz qui distinguait le but politique (le Zweck) de l’objectif stratégique et militaire (le Ziel). Le premier est au sens propre le « but de guerre », le second le « but dans la guerre ».

Dans ce conflit contre l’EI, quels sont-ils, du point de vue français ? S’agit-il « d’anéantir l’EI », comme l’a dit le Président de la République ? Ou bien de se concentrer sur Raqqa, comme l’a suggéré le ministre de la Défense ? (...)

L'Algérie, noyau dur du Maghreb

Rien n’est plus stratégique pour la France que le Maghreb. Et rien n’est plus central au Maghreb que l’Algérie. Tout ce qui les concerne a un impact direct et indirect sur la France du fait des populations et des mémoires qu’ils ont encore en partage.

Ce postulat posé, il ne faudrait pas réduire le destin du Maghreb à celui de l’Algérie. Mais il faut admettre que sans volonté algérienne, aucune intégration maghrébine n’est possible et que sans une intégration maghrébine minimale, il n’y a pas de stabilité et de sécurité durables en Méditerranée occidentale. Dès lors, pour la France et sa défense, l’Algérie est un partenaire clé et du fait de leur histoire commune, un voisin décisif. Où en est donc l’Algérie ? (...)

O. Kempf et J. Dufourcq

lundi 7 décembre 2015

Et maintenant, quelle stratégie de l'EI ?

A la suite des attaques du 13 novembre, on a lu finalement peu d'analyses de la stratégie de l’État Islamique (EI). Certains ont remarqué un "changement de stratégie". Disons qu'il y a eu une rupture apparente. Toutefois, celle-ci est-elle significative de la stratégie de long terme de l'organisation ?

source

Lire la suite...

vendredi 4 décembre 2015

Qui domine l'Internet ? (vidéo)

Suite à la table ronde à laquelle j'ai participé le 20 octobre dernier (compte-rendu ici), voici l'interview vidéo que j'ai donné sur le sujet devant la Fondation Paris Dauphine. 3 minutes...

Sinon, vous pouvez écouter l'intégralité de la conférence ici sur France Culture

O. Kempf

mardi 1 décembre 2015

Guerre et économie (fiche de lecture)

Le blog Le Conflit, spécialisé en philosophie politique sur la question des conflits et uqi mène un beau travail intellectuel qu'il convient de notervient de publier une fiche de lecture de "Guerre et économie, de l'économie de guerre à la guerre économique", paru en 2013 chez l'Harmattan.

Lire la suite...

jeudi 26 novembre 2015

La Vigie n° 30 : En garde ! | Les alliances de la France après les attaques

En garde !

La Vigie s’inquiète depuis ses origines des questions d’ordre, de sécurité publique, de vulnérabilités et de la part qu’en prennent les militaires. La mise en garde du pays est une de ses priorités. (Voir nota à la fin) Moins de 15 jours après les attaques terroristes de Paris, beaucoup a été dit, mais quelques pistes méritent encore toute notre attention. Il a été asséné que les assauts ont été conduits comme des actes de guerre par des soldats de l’armée jihadiste. Réfutons ces qualifications. Si les armes sont de guerre, les tactiques employées relèvent d’abord du crime organisé plutôt que du combat militaire. (…)

logo_la_vigie.png

Les alliances de la France après les attaques

La politique extérieure de la France a brusquement évolué à la suite des attentats du 13 novembre, tous les observateurs l’ont noté. En effet, l’EI a forcé la clarification d’une situation confuse : il y a plus d’un an, nous observions en effet que « les ennemis de mes ennemis sont mes ennemis », pour marquer à quel point le système d’alliance était flou. Pourtant, une constante, déjà : « Le Groupe État islamique (GEI) a réussi une performance absolument remarquable : être ennemi avec tout le monde, sans exception, et n’avoir aucun allié ». Il a persisté dans cette voie et réussi, en perpétrant en moins d’un mois des attentats à Ankara, Charm el Cheikh (avion russe), Beyrouth et Paris, à forcer la réunion de la plupart de ses ennemis. Pour faire bonne mesure, il a même exécuté un otage chinois.

Paris a réagi extrêmement vivement, abandonnant nombre de ses ambiguïtés, mais pas toutes. Ce faisant, il a opéré des choix conformes à la nouvelle désignation de l’ennemi. De ce point de vue, la « guerre » est une clarification. (…)

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

jeudi 19 novembre 2015

Les Français en guerre ?

Les Français en guerre ? Tel est le titre de l'article du n° 29 bis de La Vigie, téléchargeable gratuitement...

Les attentats du 13 novembre ont plus que jamais suscité l’usage du mot guerre. Le PR le premier, dès le soir du drame, utilisait le mot Cette attaque terroriste menée militairement constitue donc bien un acte de guerre. La déclaration d’état d’urgence, la fermeture des frontières et la nouvelle mobilisation militaire, mesures prises en réaction immédiate, ont confirmé la situation de guerre. Toutefois, utiliser ce vocable qui est tout sauf anodin va imposer désormais une vraie cohérence, tant est grande l’ignorance de la guerre de notre élite politique, éduquée dans 70 ans de paix et guère entrainée à penser cet impensable.

Le premier constat qui s’impose est qu’à la différence des attentats de janvier, aucune cible n’était visée pour elle-même, seul comptait son impact médiatique Une année de La Vigie, et des projets (...)


********* Nous dressons aussi dans ce numéro un bref bilan de cette aventure et évoquons quelques projets. Je sais que beaucoup lisent sous le manteau La Vigie : signe du succès, signe d'influence : sachez toutefois que cette influence, il faut la porter au-delà de nos frontières. Pour cela, il faut un budget qui dépend de vos abonnements...

La Vigie a fêté son premier anniversaire. Nous vous devons donc quelques comptes.

O. Kempf

vendredi 13 novembre 2015

Attentats du 13 novembre : premiers commentaires

Il est toujours difficile de commenter à chaud des événements aussi brutaux et dramatiques que ceux de ce soir. Encore plus pour leur donner du sens. Essayons, au risque d'être démenti et critiqué. C'est forcément flou, comme la photo ci-dessous.

source

Lire la suite...

mardi 10 novembre 2015

Géopolitique de la France (fiche de lecture)

Le blog Le fauteuil de Colbert, (membre d'Echoradar) vient de publier une fiche de lecture de Géopolitique de la France, que j'ai publié il y a trois ans.

Lire la suite...

vendredi 6 novembre 2015

L'Afrique pour les nuls

Voici un bon livre sur l'Afrique qui intéressera le grand public mais aussi le géopolitologue amateur ou l'étudiant en classes prépa. En effet, le traitement du sujet est convaincant, assez complet pour savoir le nécessaire et même un peu au-delà sans revendiquer l'exhaustivité.

Lire la suite...

lundi 2 novembre 2015

Pas d’alliés dans le cyber !

Voici le premier billet d'une chronique que je tiendrai désormais dans la revue Conflits : une chronique consacrée à la cyberconflictualité. Ce premeir billet évoque les questions d'alliances.

Lire la suite...

jeudi 29 octobre 2015

La Vigie n° 28 : RCA, Burkina, Mali: transitions difficiles | Enjeux climatiques

La Vigie n° 28 est parue

RCA, Burkina, Mali : transitions difficiles

Trois crises perdurent dans des pays emblématiques « du champ », qui furent (et demeurent) sous influence française. Plutôt que de faire l’éternel procès de la Françafrique, profitons des derniers rebondissements pour poser les questions récurrentes des élites, de l’obsession pour la lustration et des transitions politiques.

La RCA ou la faillite des élites. Ce pays est le prototype de l’État failli, au point que la communauté nationale ne s’y reconnaît même plus comme telle. La faillite dépasse une simple guerre civile qui verrait s’opposer un camp contre l’autre. (…)

Enjeux climatiques

Difficile d’échapper à la COP 21 tant le battage est intense. C’est que cette 21ème rencontre à Paris des signataires de la « Convention des Nations unies sur le changement climatique » n’est pas ordinaire. D’abord parce que la France l’a quasi « privatisée », on l’a dit, mais aussi parce que l’intensité ressentie du dérèglement climatique et l’affluence des délégations font de ce « sommet de Paris » un moment critique, sorte de dernière chance de sagesse collective.

Laissons à d’autres le soin de gloser sur l’ampleur de l’engagement à prendre (1°, 1.5° ou 2°c), de la différenciation à opérer (…)

mardi 27 octobre 2015

Situation de la France (P. Manent)

Voici un livre important que publie Pierre Manent, directeur d'études à l'EHESS et un des meilleurs spécialistes de philosophie politique contemporains. Son titre est relativement trompeur, même s'il veut aller à l'essentiel. Il aurait en effet dû s'intituler : "Quelle place pour l'islam en France?". Mais justement pour ne pas réduire le sujet, P. Manent a étendu le questionnement, qui touche à notre vie commune.

Lire la suite...

- page 1 de 104