Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Stratégie › Maitrise stratégique de l'information

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 septembre 2018

Réalité diminuée et médias

L'autre jour, je regarde 28mn, émission intelligente sur Arte : Ce soir là (ici), débat sur les migrations à propos de l'Aquarius. On y houspille Renaud Girard qui dit qu'il y a des différences culturelles entre les pays d'origine et les pays d'arrivée (36'55 : "les êtres sont des êtres culturels"). Visiblement, l'assistance (outre Elisabeth Quin, deux journalistes plus deux autres invités) le regardent avec dépit.

source

Lire la suite...

lundi 20 août 2018

A propos du soft power

Au cours des 30 dernières années, le concept de soft power (Puissance douce) a connu une vogue incroyable, tant il permettait d'expliquer tout un tas de choses mais aussi tant il s'accordait à une posture de puissance bien particulière, celle des Etats-Unis. Constatons que la vogue eut surtout lieu au cours des années 1990. Joseph Nye tenta bien de faire évoluer son concept avec l'idée de Smart power, sans que la chose soit réellement convaincante. De même l'avons-nous vu venir sur le terrain du Cyber, sans que là non plus cela n'apporte un vrai éclairage différent. Au fond, plusieurs dynamiques sont à l’œuvre pour relativiser l'effectivité du soft power : les attentats du 11 septembre avec la mise au premier plan, brutalement, de la question "terroriste" (en fait, djihadiste) ; la crise économique de 2008 liée d'ailleurs avec une remise en cause de la mondialisation (émergence, puis Trump) ; enfin, une montée en puissance des grands acteurs du cyber (GAFA, BATX) et donc l'explosion de l'activité sur la couche sémantique (cf. Mon bouquin Gagner le cyberconflit).

source

Lire la suite...

jeudi 4 janvier 2018

L’énergie de la première moitié du 21e siècle, c’est la donnée

L'autre jour, un journaliste m'appelle pour un article que j'avais publié il y a quelques mois sur la géopolitique de la donnée (avec Th Berthier, ici, voir aussi sur egea). Il avait travaillé le sjet, du coup la discussion a été passionnante, du coup il en a tiré quelques éléments écrits, que je reproduis avec plaisir sur ce blog. Car la donnée revêt uen dimension stratégique très forte, ce qui est peu soupçonné. Merci à Romain Ledroy (voir ses articles ici et ici).

source

Lire la suite...

jeudi 8 mai 2014

Médias, politique et confiance

L’observateur ne peut qu’être surpris des errements actuels des « médias ». Il y eut l’affaire de Libération, les journalistes s’élevant contre la transformation du hall de leur journal en un restaurant branché et sympa, mode Apple store ou boutique Nespresso. Il y a l’affaire du Monde : elle a commencé à l’automne dernier avec le claquage de porte d’Hervé Kempf. Elle s’accélère ces temps-ci avec des cas de censure et, tout dernièrement, la démission collective de sept rédacteurs en chef de la boutique (voir ici ) : une première approche verrait dans cet incident la difficulté à négocier le virage numérique ou l'énième épisode des difficultés de la presse.

Pourtant, il s’agit bien d’une affaire idéologique, qui rejoint celle de Libération : est critiquée la ligne idéologique de la direction, servant allégrement le néo-libéralisme. Pour mémoire, sept couvertures sur dix avant les municipales ont titré sur les affaires de Sarkozy, sept couvertures sur dix après les municipales sur le « changement » gouvernemental, comme si c'était ce qui intéressait les FFrançais. N’allez pas y voir une contradiction ("ben quoi ils sont à gauche?") car la tentative de réinstaurer un clivage gauche-droite arrange bien le "grand capital" qui possède Le Monde comme Libération (je précise aussitôt que ne pas croire au clivage gauche-droite ne signifie pas qu'on est un suppôt de M. Le Pen ou de Mélenchon ou des odieux, absolument odieux "populistes" : peut-être a-t-on juste rejoint le camp des abstentionnistes).

source

Allons pourtant un peu plus loin.

Lire la suite...

jeudi 11 avril 2013

RoSO (renseignement d'origine source ouverte) par Colin l'hermet

Je publie ce commentaire d'un billet du mois dernier, car il traite d'un sujet crucial pour le rens. Car il ne s'agit pas de culture de roses, mais de "Renseignement d’origine source ouverte" (ROSO, pour les intimes)

source

Et comme je devine que beaucoup de lecteurs ne suivent pas tous les commentaires, il est utile, de temps en temps, d'extraire le meilleur et d'en faire un billet en soi. Merci donc à Colin l'Hermet, qui vient régulièrement commenter sur égéa. Car derrière un débat cyber, se pose la question du "rens" : d'origine cyber ? de périmètre cyber ? de but cyber ? voire d'intérêt cyber ? Autant de notions qui peuvent émerger, mais qui doivent s'appuyer, une fois passé le brillant de la formule, sur de solides réflexions. Elles s'ébauchent. Je constate enfin que quand Colin parle d'exploitation à 1000 % des sources, il suggère un phénomène qui traverse tous les champs : celui du Big Data (comment traduire Big Data ?), évident en matière économique, en matière défense et cyber, et désormais en matière rens.

O. Kempf

Lire la suite...

jeudi 14 février 2013

Réponse à l’article «Le Mali, une guerre mystère» (VM Vallin)

Egéa est aussi un lieu d’accueil de jeunes talents. En témoigne ce billet, rédigé par un étudiant de science po, Victor-Manuel Vallin, qui l'a d'abord fait paraître sur le blog de PSIA (euh.. .pas franchement un gros trafic) et qui me demande si ça m'intéresse, tout ça tout ça. Ben oui, très cher, c'est intéressant, bien écrit et ça mérite d'être aperçu par la communauté stratégique dont une petite (mais valeureuse) partie lit égéa. Et pour débuter une bibliographie, ce n'est pas mal de paraître dans des blogs spécialisés. Pour commencer ! Bref, chers lecteurs, à l'imitation, n'hésitez pas. Pas trop long (deux pages Word max), des idées, bien écrit, voici les trois critères !

source

O. Kempf

Lire la suite...

jeudi 27 septembre 2012

Canard, Charlie, médias et islams

Personne n’a été surpris de voir qu'egea ne réagissait pas au tumulte médiatique lancé à la suite des "affaires" de Benghazi puis de Charlie. Maintenant que le tumulte est passé, il est possible de commenter ces affaires avec un peu de lucidité.

source

Lire la suite...

mercredi 11 juillet 2012

Donner sa langue au chat

Le Colonel Roman-Amat sert actuellement en Afghanistan, dans le cadre de l'opération Épidote : il me fait parvenir ce petit texte amusant, qui vient corroborer tous les témoignages collectés par ceux qui reviennent d'Afgha : un "sabir" incompréhensible sous couvert d'interopérabilité.

source

O. Kempf

Lire la suite...

mardi 28 février 2012

Wikileaks, le trublion planétaire, par J-J Cécile

Jean-Jacques Cécile est journaliste à Commandos Magazine : il nous fait l'amabilité de cet article sur les conséquences de wikileaks (en Afghanistan, Irak et Yémen). Une enquête passionnante, parue l'été dernier. Et toujours d'actualité.

Merci à lui. O. Kempf

Lire la suite...

lundi 23 janvier 2012

Du renseignement, par R Pietrini

Voici un texte sur le renseignement proposé par Roland Pietrini : c'est à la fois un compte-rendu de colloque et une réflexion personnelle. Sur la forme, cela nous rappelle qu'assister à un colloque n'est en soi pas très utile : il faut en effet percoler ce qu'on entend. Rien de mieux qu'un stylo pour cela. Rédiger permet non seulement de prendre des notes, mais aussi de proposer des synthèses, des raccourcis, une valeur ajoutée.... En fait, un travail d'analyse qui permet aux spécialistes, à partir de données brutes (ici, les interventions du colloque) de les transformer en "renseignements" élaborés et construits. En cela, ce texte est doublement significatif de la question du renseignement. Merci à lui.

source

O. Kempf

Lire la suite...

dimanche 15 janvier 2012

Communication, maîtrise et liberté par oobdae

égéa avait publié il y a quatre mois un billet sur la maîtrise de la communication. Yves Cadiou l'avait commenté. Oodbae, un autre commentateur prolifique, lui adresse ce long texte de fond : je ne résiste pas au plaisir de l'ériger en billet, car il suscite un débat qui va bien au-delà des aspects opérationnels où je m'étais placé. Et en plus, c'est un moyen de rendre hommage aux lecteurs qui n'hésitent pas à venir écrire sur égéa. Alors : faut-il maîtriser la communication ? Mais ça veut dire quoi ?

source

O. Kempf

Lire la suite...

mardi 6 décembre 2011

Journaux à succès

Un correspondant me pose cette question : "Par curiosité: pourquoi n'intervenez-vous pas dans des journaux ? " Question intéressante, passionnante, et qui mérite quelques détours supplémentaires à la brève réponse qui je lui ai faite.

source de ce média de masse

Lire la suite...

vendredi 14 octobre 2011

Maîtriser la comm....

Il y a, sur égéa, une rubrique "maîtrise stratégique de l'information". Un billet récent, sur le blog zone militaire, repose la question de cette maîtrise.

source

Lire la suite...

samedi 23 juillet 2011

Murdoch et Berlusconi

On assiste, par deux voies différentes, à la chute de deux tycoon, mélanges de communication et de politique : Rupert Murdoch et Silvio Berlusconi. La chute de l'un a lieu en Grande Bretagne, celle de l'autre en Italie : deux pays européens, donc au crible d'égéa.

source

La simultanéité est frappante. Que signifie-t-elle ?

Lire la suite...

dimanche 8 mai 2011

Obama et le fog of war

Vous avez suivi, comme moi, la polémique de la semaine sur la communication de la Maison Blanche autour de la mort de Ben Laden. Photo, pas photo, pipeau, pas pipeau, .... Du coup, le porte-parole de la MB a expliqué les contradictions successives dans ce qui a été donné au public comme étant le résultat du "fog of war"

source

Vous qui êtes des Clausewitziens avertis, vous avez immédiatement compris l'allusion à Clausewitz et à son fameux "brouillard de la guerre". Il faut croire que la plupart des autres commentateurs ne le connaissent pas, si j'en crois ce que je lis chez les Anglo-saxons et, plus drôle encore, les Français : on nous assène du "brouillard de guerre" ou "confusion de la guerre" à la place de ce qui n'est qu'une citation évidente de notre grand maître Carl von C. Mais on peut faire d'autres commentaires.

Lire la suite...

lundi 18 avril 2011

La puissance des médias sociaux, catalyseurs de révolution ? par Smitnat KUNNAVATANA

J'ai le plaisir d'accueillir le Capitaine de corvette Smitnat KUNNAVATANA, actuellement stagiaire à l'école de guerre. Il est thaïlandais et fait l'effort d'écrire en français, ce qui justifierait à soi seul une publication : mais en plus, son article, classique, est intéressant car il nous rappelle d'autres scènes où les média sociaux ont joué : Moldavie en 2009, Iran également, ou plus récemment la Thaïlande : ce qui vient de se passer au Maghreb n'est finalement nouveau que par les conséquences : pour une fois, le mouvement a réussi la révolution ! Surtout, l'auteur montre bien que ce 'est pas le média social qui fait la révolution, mais la situation sociale sous-jacente.

source

Merci à lui.

O. Kempf

Lire la suite...

dimanche 13 février 2011

Surprise et renseignement

Les événements du Proche Orient sont une surprise : cette surprise signifie qu’ils n’avaient pas été prévus, et que les renseignements étaient mauvais.

Lire la suite...

jeudi 23 décembre 2010

De la difficulté de communiquer sur la communication des opérations militaires par Jean-Luc Cotard

La stratégie ne peut se passer, aujourd'hui, de l'information. Le maniement de l'information devient dès lors une arme. Car autant autrefois il s'agissait de s'adresser uniquement à l'adversaire dans ce dialogue particulier qu'est la guerre, autant il s'agit désormais de "prendre en compte" un autre acteur : l'opinion publique.

Il n'y a là rien de vraiment nouveau pour le lecteur de Clausewitz. Le peuple n'est-il pas le troisième homme de la merveilleuse triade ? et si on s'interroge souvent sur les rapports entre le stratège et le politique, si on s'interroge parfois sur les rapports entre le politique et le peuple, on évoque très rarement les rapports entre le stratège et le peuple.

C'est désormais indispensable : il ne s'agit plus seulement des officiers de presse d'autrefois, mais d'une dimension particulière, un milieu distinct des milieux connus (terre, air, mer, spatial, ...). La stratégie s'y développe donc. Là encore, il faut distinguer deux types de stratégie : la stratégie civile, celle de "comm", professionnelle. Et la stratégie militaire qui s'y ajoute. Les deux portent le même nom, et pourtant elles sont distinctes. C'est ce qu'oublient souvent les plus brillants chefs militaires, qui ne croient voir que la stratégie de comm, sans comprendre qu'il y a aussi une stratégie militaire à avoir. Qu'il faut la penser et qu'elle mobilise les ressources de leur esprit. Et que le grand stratège, dans les conflits modernes, ne s'occupe pas seulement de tactique, mais aussi des appuis, de la log, de l'environnement civil, et de la communication. Qui n'est pas une affaire de bateleur qui vont s'agiter devant les journalistes pour se faire voir, mais les instruments du combat, à qui on demande des "effets à obtenir".

L'article ci-dessous, écrit par Jean-Luc Cotard, un colonel parti dans le civil, est paru récemment dans la revue "Inflexions" (voir ici). Il vaut le détour en ce qu'il illustre parfaitement cette distinction entre les deux stratégies. Merci à lui.

O. Kempf

Lire la suite...

mardi 14 décembre 2010

Mouvements d'opinion: enjeux stratégiques, besoins et technologies

Voic un remarquable compte-rendu du colloque, organisé par l’IRSEM le 30 novembre 2010 à l’Ecole militaire, et qui traitait de "Mouvements d'opinion: enjeux stratégiques, besoins et technologies". (écrit de J. Vimeux).

On y voit en effet la liaison, rarement faite, entre les "infos ops", l'opinion publique mais ausi les moyens technques asociés. Cela contribue tout à fait à la notion de maîtrise stratégique de l'information, titre d'une catégorie de billets d'égéa.

O. Kempf

Lire la suite...

lundi 29 novembre 2010

Wikileaks et la guerre de l'info (MAJ)

Pour l'instant, le débat n'a lieu que sur twitter : les micro blogs de Mars attaque, AGS, Fauteuil de Colbert et Guillaume Payre regardent et commentent les fuites wikileaks. Mais twitter, ce n'est que 140 caractères.

Wikileaks.jpg

Voici quelques unes de mes réactions "premières" eg non élaborées, même si elles sont un peu plus longues que sur twitter.

Lire la suite...

- page 1 de 2